何佳燕 HO Chia-Yen Plan du site
Crâne
Présentation Curriculum Vitae Galerie Contact
Deux dessins numériques terminés en 2008
Poterie, cuisson au four à bois en 2011
Poterie, cuisson au four à bois en 2011
Poterie, cuisson au four à bois en 2011
« Crâne »
Année : 2011
Matière : Poterie
Taille : 10 × 10 × 11,5 cm

J'ai conçu cette œuvre, il y a plusieurs années. En 2008, j'ai dessiné deux dessins numériques comme mes esquisses. En 2011, j'ai réalisé cette œuvre en poterie. Pendant ces années, j'ai essayé plusieurs façons ou matières pour accomplir la forme solide idéale, par exemple en plâtre, en poterie, cuisson au four électrique et four à bois…etc.

Parmi ces œuvres expérimentales, j'ai sélectionné l'œuvre la plus aboutie ; elle raconte la vie des concepteurs taïwanais. Lorsque j'ai dessiné ces dessins, je venais de quitter ma première entreprise dans laquelle j'étais responsable artistique. À ce moment-là, j'ai réfléchi et ai observé beaucoup de problèmes ironiques. J'étais passionnée par le métier de conceptrice visuelle. Néanmoins, comme la plupart des concepteurs taïwanais dans des domaines différents, je ne me sentais pas respectées dans mon travail. Autrement dit, les designers sont considérés et traités comme une machine intelligente dans mon pays. En peu de temps, il faut que l'on produise des œuvres nombreuses et de la meilleure qualité possible !

Dans ces conditions de travail, on doit créer maintes œuvres originales, pourtant, on n'a pas assez de temps pour les concevoir et les réaliser, voire se reposer. À Taïwan, la majorité des employés travaillent toujours trop longtemps, du matin à minuit, c'est normal ! Dans cette situation fatiguante, comment les concepteurs peuvent-ils contrôler la qualité de leur tavail ? Pour cette raison, j'ai voulu exprimer mon opinion à travers ces crânes.

Pressés par des projets nombreux et simultanés, je pense que l'on ressemble à un cadavre travailleur, les œuvres terminées semblent avoir une jolie forme. Mais y voyez-vous une âme ? C'est pourquoi j'ai mis une plante dans le crâne, afin de comparer l'œuvre vivante avec l'esprit mort du créateur. L'émail a naturellement coulé sur le front du crâne en poterie cuite au four à bois, comme s'il suait ou pleurait. Cette œuvre décrit juste ce sentiment négatif de la vie des concepteurs taïwanais !